Vous êtes ici : AccueilActualités

Journée de la sociologie

Publié le 2 avril 2019 Mis à jour le 2 avril 2019
Date
Le 09 avril 2019
Lieu(x)
Amphithéâtre Varda - Gergovia

Sociologies d’une classe pour soi

Dans leur ouvrage sur Le Président des riches, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (2010) insistaient sur le fait que s’il y a bien une classe pour soi, c’est-à-dire qui a conscience de ses intérêts communs à défendre, c’est bien la grande bourgeoisie.


L’ouvrage de Piketty (2013) a montré le retour d’une société de rentiers quand beaucoup d’auteurs considéraient que les identités devenaient flottantes, liquides (Bauman, 2013), discrétionnaires (Freitag, 2002), affranchies des structures sociales traditionnelles qui définissaient auparavant notre être social (Beck, [1986] 2003). Depuis 30 ans, les travaux qui montrent le renouveau des classes populaires ou de la classe ouvrière (Beaud et Pialoux, [1999] 2012 ; Bourdieu, 1993 ; Schwartz, [1990] 2012) ainsi que les nouveaux visages de la pauvreté (Paugam, 2009 ; Roche, 2016) sont pourtant nombreux. Par ailleurs, la classe moyenne, pensée comme l’incarnation archétypale du paysage social de l’après-guerre (Mendras, [1988] 1994), est bien moins « moyenne » qu’elle n’y paraît. Depuis la fin des Trente Glorieuses, cette « classe moyenne » subit de plein fouet les transformations économiques et sociales : déstabilisation des stables (Castel, 1995), déclassement et dérive (Chauvel, 2006). La question sociale se pose donc plus densément que jamais lorsque certains l’avaient crue définitivement enterrée. Nous assistons ainsi au retour des classes sociales (Bouffartigue, 2004).

Dans un tel contexte, les sociologues s’attachent à décrire la situation des membres de ces différentes classes sociales. En 2018, Les classes populaires ont fait l’objet d’une première journée de la sociologie à Clermont-Ferrand. Pour cette nouvelle édition nous souhaitions mettre en lumière d’autres chercheurs qui travaillent à dépeindre ceux et celles qui sont en haut l’échelle sociale. L’intérêt des élites comme catégorie sociologique n’est pas seulement l’exotisme d’une classe minoritaire d’individus ; il s’agit de comprendre les modalités d’agir, de penser et de faire afférant à leur position de dominants, les formes pratiques d’exercice de cette domination ainsi que les modes de justification de leur position.

Au final, étudier les élites ou les classes populaires répond à un même objectif : décrire les mécanismes de production et de reproduction de l'ordre social.